Assèchement des bâtiments

Compte tenu de la cadence actuelle de la construction, l'assèchement naturel dure trop longtemps. En laissant faire la nature, d'autres opérations de travail comme l'application des couches de peinture, du crépi, des papiers peints, des revêtements de sol, etc. sont retardées, car le taux d'humidité résiduelle du support au moment de la pose doit correspondre à la valeur spécifiée dans les documents de mise en œuvre.

Empêchant l'exploitation ou la location de l'objet, ces retards constituent un manque à gagner et sont, dans certains cas, sanctionnés par des pénalités.

La norme SIA 253/5 prescrit les valeurs maximales de l'humidité résiduelle. Un dépassement des valeurs prescrites peut entraîner des dégâts consécutifs donnant lieu à des conflits avec les maîtres d'œuvre et à des litiges. 

Pour se prémunir de tous risques, l'assèchement des bâtiments par notre service d'assèchement est une absolue nécessité. Avec notre méthode d'assèchement, nous augmentons la capacité d'absorption de l'air ambiant accélérant ainsi le processus d'assèchement. Pour atteindre les conditions idéales, il existe deux solutions: soit en chauffant l'air ambiant avec des générateurs à air chaud, soit en lui retirant son humidité au moyen d'installations de déshumidification spécifiques.

Pour atteindre un assèchement optimal des bâtiments, nous utilisons des déshumidificateurs industriels par condensation auxquels nous associons des souffleries à air froid ou des ventilateurs de séchage. Au besoin, nous complétons ces appareils par des chauffages électriques ou au mazout.